Auditions publiques à la Haac :5 journaux condamnés
Date: Jeudi 22 décembre 2011 à 09:37:29
Sujet: Actualités


Suite à une série d’auditions publiques, mercredi 21 décembre 2011, au siège de la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (Haac), les quotidiens l’Evènement précis, le Matin, la Suite, le Devoir sont interdits de parution pendant 14 jours, tandis que la Nouvelle tribune devra observer une période de 21 jours de non parution. Cette interdiction de publication porte sur la période du 26 décembre 2011 au 15 janvier 2012.


La condamnation du Matin, de l’Evénement précis et de la Nouvelle tribune a trait, selon les Conseillers de l’instance de régulation, au contenu diffamatoire de la lettre ouverte écrite par le Professeur Jean-Roger Ahoyo aux membres de la Cour constitutionnelle dirigée par Elisabeth K. Pognon. La Haac reproche aux Directeurs de publication mis en cause de n’avoir vérifié outre mesure les allégations et accusations portées à l’encontre de ces personnalités, et d’avoir publié la lettre en l’état le 08 janvier dernier. Ils devront, en plus des interdictions de publication, publier des lettres d’excuses. Il n’y aura également pas de publication sur les sites internet de ces quotidiens. Par ailleurs, c’est une absence de preuves irréfutables qui a fait que les explications, parfois pertinentes, des Directeurs de publication Ignace Fanou, Gérard Agognon et Vincent Foly, n’ont pas reçu l’assentiment des Conseillers. Par contre, aux Directeurs de publication de la Suite et de « le Devoir », Aspavati Nounagnon et Joseph Gbogbo, il est reproché le manque de professionnalisme dans le traitement et la diffusion des informations afférentes à l’avion présidentiel gabonais. Une affaire qui aurait pu être à la base d’un différend entre les deux Etats. Si le Dp de la Suite s’est appuyé sur une source fiable, et celui de « Le Devoir » a plus ou moins vécu l’événement, les deux ne disposaient pas d’assez de preuves matérielles, en l’occurrence une justification des 67 milliards de francs à bord de l’avion, comme en faisaient état les papiers en cause. Tour à tour donc, les 5 mis en cause ont reconnu leur tort, et imploré l’indulgence des conseillers de la Haac. Ce qui a eu pour effet de détendre l’atmosphère. Il faut aussi mentionner la disposition au dialogue, ainsi que le sens de la pédagogie et de l’écoute des Conseillers, surtout du président Théophile Natta, qui voulaient à tout prix éviter que l’instance de régulation ne se transforme en un tribunal.

Nadège Gblahoun & WN (stag)
Journal LE MATINAL 22/12/11





Cet article provient de Le Cyber Journal l'araignée
http://www.laraignee.org

L'URL de cet article est:
http://www.laraignee.org/modules.php?name=News&file=article&sid=11643